Peindre à l’encaustique, c’est cher ?

Posté dans : Conseils et astuces 1

Il y a longtemps que je pense à écrire cet article. Lorsque je parle du matériau avec lequel je peins autour de moi, la remarque qui revient régulièrement, c’est « l’encaustique, ça doit être cher ! »

Je propose ici de faire le point sur le prix de la peinture à l’encaustique.

Je pensais également avant de commencer à l’utiliser que j’allais devoir débourser des sommes considérables pour m’équiper. On ne va pas se mentir, peindre en épaisseur avec de l’encaustique peut parfois devenir onéreux (j’y reviendrai).

La cire est un matériau de qualité. Je choisis toujours la cire blanchie de qualité supérieure. Elle est garantie « pure » et c’est vrai qu’à l’usage, je n’ai jamais eu de problèmes.

J’ai un jour tenté la « cire d’abeille pour cierges », et j’ai été très déçue : cette cire n’est pas filtrée suffisamment et contient des résidus collants une fois chauffée. À proscrire donc.

Les avantages, les contraintes

Les plus :

  • Elle offre des couleurs lumineuses et denses.
  • Un tableau peint à l’encaustique n’a pas besoin de vernis ou autre couche de protection.
  • Son aspect final est incomparable
  • Elle s’utilise sans solvants, merci de la part de nos bronches…
  • Pas de pertes, de peinture qui sèche dans le tube etc… Il suffit de réchauffer le récipient pour retrouver l’encaustique intacte. Pas comme certains tubes d’acrylique  (J’ai encore un bloc d’encaustique R&F acheté en 1990… collector)
  • On peut utiliser du matériel peu couteux pour travailler (pinceaux basiques, supports en contreplaqué etc…) et à condition de se mettre en cuisine, on peut fabriquer ses propres produits.

Les moins :

  • La mise en œuvre est parfois compliquée si on n’a pas d’endroit dédié à sa pratique. Installer la plancha dans le salon, tout le monde n’apprécie pas
  • L’encaustique n’aime pas les excès de chaleur. Les tableaux sont difficiles à transporter par temps chaud.
  • Pour être économe, il faut cuisiner ses produits de base, au moins fabriquer son médium. Ou l’acheter tout fait dans notre boutique …
  • On ne trouve pas l’encaustique dans les magasins ou sites de vente en ligne de produits beaux-arts. Pas encore.

Voici une liste de matériel pour commencer à peindre avec de la cire, de la résine dammar et des pigments… Je liste ici l’équipement de base que l’on peut compléter selon les besoins.

Plancha (40 – 90cm)Entre 25 et 40 €
Pistolet à air chaud (décapeur)A partir de 15 €Le modèle de base suffit
Thermomètre de four6.5 €
Pots en aluminium1,20 € les 10 pcRayon ménage du Supermarché
Pinceaux en soies naturellesHaké, à partir de 10 € les 3 pc   Spalters beau-blanc 7 € les 3 pc Amazon ou Géant des Beaux-arts
Set d’outils de base (modelage)12 €Sets pour potiers
Petites mirettes8,30 € le set de 6
Cire d’abeille blanchie+/- 20 € / kgEntre 75 et 100 € les 5 kg
Résine dammar15 € / kg100 gr de résine pour 800 gr cire
Paraffine (nettoyage pinceaux)7 € / kg
PigmentsEntre 20 et 30 € le kit de 12 couleurs chez Colorare, bon plan.Le prix des pigments varie très fort, impossible de donner une fourchette
Supports :   Contreplaqué 30 € les 3 m² à faire découper au magasin de bricolage.Vu le prix de certains supports du commerce on peut les fabriquer soi-même, ou choisir le carton entoilé sans gesso
Supports du commerce : Tavola ou TintorettoEntre 5 et 70 €Les prix varient fort, comparez !

Et donc, le prix de l’encaustique ?

Une fois la petite addition effectuée, on obtient pour le matériel : entre 100 et 150 € pour s’organiser un petit atelier d’encaustique.

Comptez une autre centaine pour les peintures et le médium.

En comparaison, un coffret comprenant le matériel et l’huile extra-fine coûte entre 250 et 300 € sans les toiles à peindre. Un coffret d’acrylique de qualité avec un peu de matériel jusqu’à 300 €. Et il faudra rajouter les médiums d’empâtement, vernis etc…

Apprenez à ruser avec votre matériau…

Je reviens sur la remarque plus haut : peindre en épaisseur peut revenir cher si on travaille à l’encaustique. Je travaillais souvent en me laissant guider par ce qui se passait sur la toile. Une envie de couleurs ou de formes, la superposition des couches, masquer une part de l’image, recouvrir etc… Arrivée au moment où la composition, les couleurs, les valeurs me convenaient, il y avait parfois 20 couches d’encaustique…. Et quelques kilos de cire ! Bien entendu, les matières sont belles, mais on ne voit plus rien des premières teintes, et j’ai pu remarquer que tant d’encaustique sur le support fragilise le tout : les coins et les bords du tableau ont tendance à s’écailler au moindre choc (même si je fais bien attention à fusionner entre chaque couche de peinture)

Je travaille maintenant plus « raisonnablement », avec des croquis et études à la gouache, ce qui me permet de limiter avantageusement les couches de peinture à l’encaustique lorsque je réalise le tableau.

Quelques trucs pour radiner un peu plus….

Il est possible de récupérer des vieilles casseroles (pour fondre la cire et fabriquer son médium), d’utiliser des boîtes de thon pour contenir les couleurs, de détourner des objets de la cuisine pour graver et laisser des marques dans la cire.

Si vous prévoyez de réaliser des grands formats, vous pouvez utiliser la cire microcristalline (cire minérale) qui est moins onéreuse. Elle s’utilise de la même manière, en mélange avec de la résine dammar. Son aspect diffère de la cire d’abeille, et je la trouve moins souple à travailler, mais ses qualités mécaniques ne posent pas de problème. Le point de fusion varie de 72° à 90° selon sa qualité. Toutefois, la paraffine ne convient absolument pas, réservez-la uniquement pour le nettoyage des pinceaux.

Comme il est plus agréable de travailler sur un support déjà couvert d’encaustique, je conseille généralement de passer deux couches de médium (encaustique neutre) avant d’entamer le tableau proprement dit. Vous pouvez remplacer le médium par des gris obtenus en recyclant les boulettes de grattage des travaux précédents : faites fondre les boulettes mêlées dans un récipient sur la plancha, et obtenez une couleur improbable… Ajoutez alors un peu de pigment blanc de titane, ou noir, ou un peu des deux. Il n’y a pas de recette, testez le mélange obtenu sur une feuille de papier.

En conclusion :

On ne choisit pas forcément sa technique par rapport au prix que cela coûte, le principal étant de se faire plaisir et de trouver le matériau qui correspond à ce que l’on cherche à exprimer. L’équipement s’acquiert petit à petit, n’est ni cher ni bon marché…Le prix de l’encaustique ne devrait pas être un frein à votre envie d’utiliser ce médium si l’odeur de la cire vous attire…

Si vous aussi vous avez des astuces pour s’équiper en matériel pour l’encaustique, merci de nous indiquer vos trouvailles dans les commentaires !

pinceaux haké

  1. Avatar
    Testu Lésa
    | Répondre

    Bonjour je cherche un stage d’encaustique sur Paris merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *