Les portraits du Fayoum

L’Européenne




Les yeux tournés vers la droite, la jeune femme ne regarde pas directement le spectateur. Ce détail, peu commun pour les portraits de momies, contribue certainement à la fascination que ce visage exerce. 

La jeune femme est habillée d’une tunique pourpre et d’un manteau jaune. Une broche ronde avec une grosse émeraude enchâssée retient le vêtement. Les oreilles, grandes, décollées et pointues, sont ornées de boucles composées d’une pierre foncée encadrée de deux perles de belle taille. Une épingle à tête d’or fixe la tresse au sommet de la tête. Sous les feuilles d’or appliquées sur le cou, un simple collier en perles a été révélé par les analyses de laboratoire.

On a utilisé pour élaborer ce portrait une planche de bois de cèdre, essence importée en Égypte. Sur une couche de préparation noire a été posée la couche picturale à l’encaustique. Le peintre a exploité à la perfection la densité de la cire. Ainsi, les touches fines ont été juxtaposées en suivant le modelé du visage, la courbe des sourcils et la disposition de la chevelure. Pour les cils, la matière picturale a même été gravée avec un outil dur et pointu pour découvrir la préparation noire. Extrait de la notice  Portrait de femme dite « L’Européenne »Le Louvre, Département des Antiquités égyptiennes : Egypte romaine (30 av. J.-C. – 392 apr. J.-C.)


Même si nous découvrons ici la peinture à l’encaustique, elle a déjà une longue histoire. Pour en savoir plus à propos des origines de cette technique, je vous conseille de visionner sur le site d’Arte la VOD de l’émission « Palette » sur ce même portrait de l’Européenne. Certes, il vous en coûtera 1.99 €, mais les explications et analyses scientifiques sont réellement éclairantes!
Merci de nous suivre et de partager !

Laisser un commentaire