C’est notre anniversaire !

Posté dans : L'art et la manière 0

Couleurs & C° fête  avec vous ses 3 ans d’existence et d’activité dans son local de la Côte Jacquemart !

La Côte Jacquemart à Romans, décorée pour l'été
La Côte Jacquemart à Romans, décorée pour l’été

Pas d’anniversaire sans cadeau ! 

Du 12 au 21 septembre, profitez d’une remise de 20% sur vos commandes de peinture encaustique et de médium avec le code “Anniversaire20”

Il suffit de remplir votre panier et d’inscrire ce code dans la case correspondante. Les livraisons sont offertes dès 100€ d’achats.

Les peintures à l’encaustique sont composées de cire d’abeille blanche purifiée, de résine dammar premier choix, et de pigments extra-fins pour les beaux-arts. Les couleurs sont le plus souvent monopigmentaires (pigment unique), seules quelques teintes sont composées, comme le Jaune de Naples qui contient du jaune, de l’ocre et du blanc de titane. Ce choix d’une gamme “basique”, qui compte quand même 40 teintes, permet de composer vos couleurs avec permanence. Un vert oxyde sera toujours un vert oxyde, tandis que des verts “mousse”, ou “sapin” varient suivant les marques.

Cette année, petit à petit, je modifie la gamme, en remplaçant les cadmiums par des pigments synthétiques similaires mais moins toxiques. Le rouge de cadmium clair à disparu pour laisser la place au rouge Naphtol, le jaune de cadmium sera remplacé par le jaune Hansa clair.

Fabrication du bleu turquoise phtalo ©Encaustiques C&C°

Avez-vous déjà essayé les mélanges ? J’en ai quelques uns que je partage avec vous :

Un gris vert très spirituel : Vert de Hooker, une pointe de terre d’ombre naturelle et du blanc.

Un bleu profond : bleu phtalo et une pointe de cramoisi alizarine

Le jaune qui va partout : le jaune de Naples… il a des reflets vanillés avec du blanc de titane écru….

Le rouge-toujours : le rouge naphtol, qui s’illumine en mélange avec du rubis quinacridone…

Partagez avec nous vos impressions, vos couleurs et vos mélanges préférés en commentant cet article !

Une année de stages encaustique en images

Posté dans : Stages et formations 3

Quelques images valant mieux qu’un long discours, voici un condensé de l’année écoulée…

A Dominique, Nathalie, Christine, Christiane, Candy, Christophe, Valérie, Yasmine, Christiane, Isabelle, Anne, Maria, Didi, Martine, Aurora, Chantal, Marga, Lily, Sylviane, Séverine, Sylvia, Joanna, Josiane… j’espère que je n’oublie personne 😉 UN TRES GRAND MERCI !!! Votre créativité et votre curiosité me motivent à proposer des contenus et thèmes nouveaux. L’encaustique est un vaste monde…

Certaines réalisation dans ce montage sont l’oeuvre des stagiaires de Joëlle Normand à Clamart.

Les prochaines dates : Stages de 2 jours

Les 26 et 27 septembre 2020 (samedi et dimanche) de 9 h à 18 h : 2 places

Les 7 et 8 novembre 2020 (samedi et dimanche) de 9 h à 18 h : 3 places

Tarif : 295 € par personne, matériel compris. Attention, à partir de janvier 2021,

le tarif des formations subira une hausse, et passera à 315 €…

Prochains ateliers « Céramique et encaustique » :

4 places disponibles

Les samedis 12 septembre de 9 H à 16 H pour la création des pièces en argile

et 10 octobre de 9 H à 16 H pour la peinture encaustique.

Tarif : 125 € par personne, matériel et cuisson des pièces compris.

Les renseignements pratiques se trouvent ici : voir l’article

Prochains stages à Clamart

Stage de peinture à l’encaustique, 1er et 2ème niveau.

Les prochaines sessions :
9 octobre, 10 octobre, 20 novembre et 21 novembre 2020 de 9h30 à 18h30

Lieu du stage : 28 rue Gabriel Péri 92140 Clamart

Tarif : 150 € fournitures et outils compris

Prévoir un pique-nique pour manger sur place.

Le nombre de participants est restreint, seulement 4 élèves. Toutes les mesures de distanciation sociale sont assurées, la salle étant très grande. Vous viendrez équipés de masques (en prévoir 2).

Renseignements et inscriptions auprès de Joëlle Normand

Téléphone : 06.61.83.92.24

Mail : joelle-normand@wanadoo.fr

Tout savoir sur les formations

Posté dans : Stages et formations 0

Ces « quelques jours de calme » m’ont permis de revoir entièrement la brochure des formations… Plus complète, elle vous apporte les informations nécessaires pour envisager un stage de peinture à l’encaustique à Romans sur Isère.

Vous y trouverez la description d’une journée de formation-type, des 3 modules disponibles (initiation, perfectionnement, céramique) ainsi que les infos pratiques pour vous inscrire et nous rejoindre dans la Drôme.

Traçage sur la surface de cire

Bien choisir son support pour l’encaustique

L’errance de l’amateur d’encaustique dans les rayons des magasins “spécialisés”

Le commerce des beaux-arts regorge de produits destinés à toutes sortes de techniques picturales … Vous voulez peindre à l’huile ou à l’acrylique, ou réaliser des aquarelles, il n’y a que l’embarras du choix et dans toutes les gammes de prix… 

Mais voilà, vous avez jeté votre dévolu sur la peinture à l’encaustique ! Son odeur, son parfum même, la noblesse de la matière, son puissant pouvoir créatif… c’est la technique qu’il vous faut …

Alors ni une ni deux, vous voilà partis vers l’antre de la tentation, la caverne d’Ali Baba des peintres et amateurs de couleur… Cultura, Artéis, le Géant des Beaux Arts… et tant d’autres.  Après un survol rapide des rayons (non, pas le scrapbooking, ni la feutrine, ni le collage de serviettes en papier. Pas plus que les perles ou la pâte Fimo, pourtant, il y a du choix dans ces rayons…) Vous happez un vendeur, ou une vendeuse, vous lui posez la question fatidique : 

-« Où sont les peintures à l’encaustique ? » Et là, le blanc.`

– « La quoi ? »

Vous répétez, vous expliquez, « la peinture à base de cire d’abeille, vous savez, cette technique antique que les peintres grecs utilisaient déjà il y a 2000 ans…. »

Portrait du Fayoum utilisant de la peinture à  la cire
Hawara (100110 apr. J.-C.), un des portraits du Fayoum, utilisant la peinture à la cire.

Avec un peu de chance, vous trouverez dans le rayon beaux-arts quelques supports en bois, qui conviennent parfaitement pour l’encaustique. Un petit bocal de 100 gr de cire d’abeille à un tarif exorbitant, de la résine dammar (même remarque que pour la cire) un beau choix de pigments, des pinceaux haké au rayon calligraphie. Et là le découragement vous gagne, finalement, la peinture à l’eau, ce n’est pas si mal….

Il existe déjà sur ce blog quelques articles pour vous aider à rassembler les fournitures pour l’encaustique, et des recettes pour fabriquer le médium et les couleurs. Suites aux nombreuses questions que je reçois par mail, je me dit qu’il est utile de passer en revue le matériel de base pour peindre à la cire.

Arrêtons-nous aux supports pour aujourd’hui car c’est la “base” ! Vous allez créer votre tableau, et il est important de travailler sur un support qui présente toutes les qualités de conservation : même si vous peignez pour vous et que vous n’envisagez pas de faire voyager votre travail pour des expositions, la solidité du résultat commence par l’emploi du support adéquat. Un support inadapté fragilise le tableau et vous aurez à le réparer régulièrement.

Quelles sont les qualités requises pour un support ?

Pour peindre à l’encaustique, à un tarif raisonnable, il faut donc de l’imagination (vous ne trouverez pas votre matériel au rayon “encaustique”) et quelque affinité avec le  bricolage.

Il existe deux règles simples pour reconnaître un bon support pour l’encaustique : il doit être rigide et absorbant.

Rigide, pour éviter tout mouvement de la surface qui entraînerait un décollement de la couche de peinture. La cire à laquelle on a ajouté de la résine dammar durcit avec le temps, devient cassante. Exit donc les toiles sur châssis, je détaille cette idée plus bas.

Absorbant, pour que la première couche d’encaustique que vous allez poser pénètre le support et adhère parfaitement. Cela permet aux couches suivantes, que vous aurez fusionné de s’accrocher solidement. Ainsi l’épaisseur de peinture ne se forme pas en “mille-feuilles”.

Les différents supports à utiliser

Heureusement, nous avons du choix 😉

Parmis les supports possibles, le plus courant est le bois. Toutes les sortes de bois, à condition qu’ils ne soient pas trop dur, comme par exemple les essences destinées aux extérieurs. 

Le plus simple ? Le contreplaqué pour intérieur. Généralement en bois de peuplier, il est idéal.

Différents supports pour peindre à l'encaustique
Différents supports pour peindre à l’encaustique : du contreplaqué, un châssis en bois du commerce, du carton entoilé lin naturel.

Lors des stages, mais aussi pour mon travail personnel, j’utilise principalement des planches de contreplaqué de 10 mm. Suffisamment rigide pour ne pas nécessiter de châssis, je les fais découper dans un magasin de bricolage aux dimensions désirées.

Préparation du contreplaqué : Vérifiez qu’il n’y a pas de défaut majeur (cloque, colle, trou…).

Poncez légèrement, enduisez de 2 couches de gesso à la colle de peau de lapin.

Si vous préférez un contreplaqué sur châssis, vous trouverez dans la suite de l’article comment le fabriquer vous-même.

Le plâtre et les plaques de plâtre recouvertes de papier (Placo™) sont de bons supports (quoi qu’un peu lourds) et ils nécessitent un encadrement en finition pour éviter que les bords ne s’effritent.

Préparation : Les supports à base de plâtre ne nécessitent pas de gesso.

Passez deux couches de médium encaustique.

La terre cuite, la céramique biscuitée (sans émaillage).

Préparation : 1 couche de médium encaustique

Le métal oxydé qui possède une bonne couche de rouille devient suffisamment absorbant. 

Préparation : Après avoir brossé les particules de rouille qui ne tiennent pas,

couvrez intégralement (recto/verso) de médium encaustique pour éviter toute oxydation supplémentaire.

Pose du médium encaustique sur une plaque de métal rouillé
Pour enduire votre plaque de métal, chauffez-la et passez un bloc de médium sur la surface chaude.

Le papier léger, comme le Wenzhou pour la calligraphie. On peut l’utiliser pour en faire des kakémonos à suspendre, ou des collages qui seront encadrés. Idem pour du tissus en fibres naturelles (coton, lin, chanvre…), mais il faut rester dans des dimensions raisonnables si on ne les maroufle pas sur un panneau rigide.

Préparation : aucune.

Et les toiles à peindre du commerce ?

En règle générale, je ne le conseille pas… pour deux raisons :

Le gesso : La plus importante à mes yeux est que  l’enduction, ou gesso, est à base de résine acrylique, peu absorbante. La première couche de cire que vous passerez ne pénètre pas dans la toile. La conséquence probable est le décollement du feuil d’encaustique, et un tableau qui au bout d’un certain temps risque d’avoir l’air d’être mangé par les mites.

La souplesse de la toile : La  seconde raison est que la toile peut se déformer surtout si le châssis n’est pas épais, et induire le même genre de problème : décollement, écaillage sur les bords… La couche d’encaustique (qui contient de la résine dammar) devient très dure et cassante avec le temps.

Il y a pourtant quelques possibilités pour peindre sur toile :

Les petits formats (max. 25 x 25 cm) : ils ne subissent pas les mêmes contraintes que les grands châssis entoilés. Poncez les avant usage, et ajoutez deux couches de gesso à la colle de peau.

Les toiles “naturelles” du commerce avec une enduction transparente légère. Elle est plus absorbante que le gesso blanc. On trouve aussi de la toile à peindre au mètre non apprêtée, à choisir de préférence en lin, sur laquelle vous pouvez appliquer un gesso à la colle de peau de lapin.

Le papier aquarelle marouflé : Vous pouvez améliorer la porosité de votre surface en marouflant du papier aquarelle. C’est assez technique, mais vous trouverez des tutoriels sur Internet, comme ici https://www.beauxarts.fr/blog/comment-maroufler-un-papier-sur-une-toile–n60

La toile à peindre marouflée : Si c’est la texture particulière de la toile qui vous attire, il est également possible de maroufler de la toile vierge sur un contreplaqué. Selon les dimensions de votre support à peindre, il faudra ajouter un châssis au dos pour rigidifier l’ensemble. Attention, les cartons entoilés ne conviennent pas : ils se courbent sous l’effet de la tension provoquée par les couches d’encaustique.L’encadrement : Enfin, si vous encadrez votre tableau, plutôt dans une caisse américaine, il sera mieux protégé des aléas décrits plus haut.

Tableau encadré en caisse américaine ©Sophie Van Moffaert
Tableau sur contreplaqué encadré dans une caisse américaine. ©Sophie Van Moffaert

La solution : les supports sur mesure

Même si cela occasionne du travail supplémentaire, il est vraiment satisfaisant d’avoir réalisé son tableau de bout en bout… De la fabrication du châssis à la pose finale de votre signature, tout est de vos mains !

En fabricant les supports, vous contrôlez le processus de A à Z. Vous avez l’oeil sur la qualité, vous choisissez les dimensions, l’épaisseur du cadre. Et cela revient beaucoup moins cher que de se procurer des panneaux “prêts à peindre”. 

On peut se contenter de peindre sur le contreplaqué, tel quel. Dans ce cas, il faudra prévoir des finitions sur les côtés et un système d’accrochage qui ne risque pas de transpercer le tableau.

La solution la plus esthétique est d’ajouter un « châssis » sous le panneau de contreplaqué afin de lui donner de l’épaisseur.

Fabriquer ces supports ne s’improvise pas au milieu des pains d’encaustique et des mirettes.  Il faudra réserver même temporairement un coin de votre espace de travail à cette activité.

Série de châssis préparés à l’atelier.

RV au Brico

Le matériel

La solution la plus économique est de faire découper un panneau de contreplaqué de 5 mm ou 10 mm dans votre magasin de bricolage. Achetez la plaque entière (250 x 122 cm) et demandez (gentiment) au préposé de vous la débiter. Il est utile de lui préparer un “plan de découpe” assez simple, qui comporte des lignes droites. En voici un exemple :

Si vous travaillez toujours sur les mêmes dimensions, comme du 30 x 30 cm, cela facilite la tâche : le panneau sera débité en 8 x 4 (=32) petits panneaux. 

Procurez-vous des tasseaux de 240 x 3 x 1 cm, ou de mesures approchantes. Pour faire un châssis sur un panneau de 30 x 30 cm, il faut environ 130 cm de tasseau.

L’équipement basique :

  • Une scie à onglet, manuelle ou électrique
  • Une équerre, un mètre, un crayon
  • Une agrafeuse cloueuse, ou un marteau et des clous sans têtes, un chasse-clous.
  • De la colle à bois, de la pâte à bois pour boucher les éventuels trous
  • Du papier à poncer.
  • Des lunettes de protection.
équipement basique pour fabriquer ses châssis
Agrafeuse électrique, équerre, scie à onglet, mètre,
marteau, clous sans tête, papier à poncer, colle, pâte à bois

L’équipement complémentaire

  • Une presse à cadre, utile si vous préférez les coupes à 45° dans les angles.
  • Une agrafeuse d’angles pour encadrement, utile pour consolider les angles à 45° avec des agrafes en V
Presse à cadre et système simple de pose d’agrafes en V

Comment procéder ?

Une fois vos panneaux découpés, il suffit de les coller et clouer sur les tasseaux à la bonne dimensions, en soignant les angles. Portez votre attention sur les dimensions, en mesurant la longueur nécessaire à chaque coupe. La découpe au rayon bois n’est pas toujours précise, et vos panneaux peuvent différer les uns des autres de quelques millimètres.

Quand la colle est sèche, poncez les bords et les angles pour les adoucir, bouchez les espaces avec de la pâte à bois.

Vous trouverez ci dessous l’explication extraite de mon livre “Peindre à l’encaustique” Ed. Eyrolles.

Ces schémas concernent un châssis dont les tasseaux sont sciés à angle droit.

Extrait de « Peindre à l’encaustique » Ed. Eyrolles

Afin d’éviter les mauvaises surprises, et parce que vous allez passer un temps précieux à bâtir vos supports pour l’encaustique, soyez vigilants sur la qualité du contreplaqué. Ne passez pas l’étape “colle” ou “clous”. Il faut utiliser les deux systèmes pour ne pas que dans le temps le panneau ne se désolidarise du châssis. 

A vous de jouer !

Et voilà ! Vous avez les clés pour fabriquer vos châssis pour l’encaustique. Bien sûr, cela ne se fera pas tout seul, et vous aurez à investir dans l’équipement de base. Mais, la joie de travailler sur ses propres supports et la qualité de ceux-ci ne peuvent que vous encourager…

Si toutefois, et pour de multiples raisons vous ne voulez pas passer par ce stade de fabrication, vous pouvez toujours trouver des panneaux prêts à peindre. Voici quelques adresses.

Et si vous connaissez un artisan menuisier, peut-être est-ce le moment de lui rendre visite

et de lui demander un devis !

Si vous avez aimé cet article, Google et moi sommes très friands de commentaires… merci ! Scrollez encore un peu, et vous trouverez la case pour me laisser un petit mot, ou poser une question…

1 2 3 4 11