Les effets de peinture écaillée

Posté dans : Tutoriels 0

Bleu Horizon 0216 – Sophie Van Moffaert –

Pour réaliser un fond, ou tout un tableau avec ces effets de peinture écaillée, voici les étapes sous forme de diaporama.
Il faut retenir que de beaux effets s’obtiennent par l’accumulation de couches de peinture qui formera une épaisseur suffisante pour restituer toutes les couleurs lors du grattage et ceci sans entamer le fond… Passez une ou deux couches de médium pur sur le support avant de commencer.

Les couches seront fusionnées au fur et à mesure. Avant d’ôter des copeaux de peinture avec une mirette, la cire doit être froide mais encore un petit peu tendre mais quand même résistante… ahhh, pas facile !!!

Et voici ce que vous obtiendrez… j’appelle cela les boulettes… en aucun cas les jeter à la poubelle ! Refondues, additionnées de pigment blanc de titane ces mélanges font de merveilleux gris…

Bon amusement 🙂

Fondre l’encaustique sur le support

Posté dans : Tutoriels 2
Voici une technique simple, de base, et qui donne des effets surprenants pour peu que l’on maîtrise l’apport de chaleur ^^
Dans ce diaporama, je vous livre les étapes de la réalisation d’un fond aux couleurs mêlées. 
Il manque la photo du pistolet à air chaud à l’oeuvre… pas facile de le manier en même temps que l’appareil photo… 
Utilisez-le sur la petite vitesse de chauffe, commencez par un coin du tableau en laissant continuellement la source de chaleur en mouvement. Approchez le pistolet à air chaud ou éloignez-le suivant les effets recherchés. Attention, il faut vraiment y aller petit à petit, et ne pas hésiter à laisser un endroit refroidir avant d’y revenir…

Bon amusement 🙂

Une vidéo sur l’encaustique pour le Géant des Beaux-Arts

Les moyens du bord !

Je suis partie à Strasbourg au début du mois de juillet pour réaliser une vidéo sur la peinture à l’encaustique. On trouve presque tout le matériel nécessaire à la pratique de l’encaustique dans le catalogue de cette grande enseigne de matériel pour les beaux-arts.

La préparation du tournage en amont consiste pour moi à commander les produits dont j’ai besoin pour la démonstration… commander et ne pas payer… le bonheur 😉 J’ai donc rempli mon bon de commande, afin de fabriquer du médium et de la peinture à l’encaustique (cire + dammar + pigments).
Il était aussi prévu que je réalise un tableau dans lequel j’espérais inclure les techniques de grattage, inclusion, transfert d’image et pour finir patiner au bâton à l’huile un dessin gravé dans la « chair » de la peinture.

Mais voilà, le 4 juillet ne devait pas être un jour propice à notre projet… La commande n’était pas arrivée, il a donc fallu improviser avec les moyens du bord : trouver dans les rayon du magasin de Koenigshoffen le matériel  disponible… malgré l’abondance de produits de toutes sortes, il nous a manqué la résine dammar et les bâtons à l’huile. Pas de fabrication de médium, ni de couleur, ni patine à l’huile…

La vidéo est malgré tout instructive, et si je n’ai pas réalisé le chef d’oeuvre du siècle ce jour-là, vous y verrez quand même la cire soyeuse envahir les support Tintoretto…

Merci à Sophie Trenda qui a réalisé cette vidéo, sans paroles, puisque le micro s’est avéré ne pas fonctionner au moment de la prise de son ^^ …

Peindre à l’encaustique : la maîtrise de la chaleur

Posté dans : Technique 0
Dans l’apprentissage de l’encaustique, la principale difficulté, et nouveauté par rapport aux techniques habituelles comme l’acrylique ou l’huile, c’est la maîtrise de l’apport de chaleur sur l’ouvrage en cours.
Combien de tableaux en voie de finition ruinés par un coup de pistolet intempestif vous ont miné le moral ??? Connaissez-vous la petite flaque immonde au milieu d’un fond prometteur qui refuse obstinément toute couche de peinture supplémentaire ? Voici quelques informations pour vous guider dans l’usage du pistolet à air chaud ou du chalumeau.

 

La maîtrise de la chaleur
L’encaustique, en quoi est-ce différent ?
En comparaison d’autres techniques, où le solvant (eau, térébenthine….) permet de diluer ou même de retarder le séchage de la couleur, on ne dispose que de la chaleur pour maintenir l’encaustique liquide, et donc malléable.
Dès la touche de couleur posée, l’encaustique se fige. Elle refroidit ensuite pour durcir en profondeur dans les heures qui suivent et plus encore dans les mois suivants.
Il faut distinguer les différents états de la matière en fonction des actions que l’on veut mettre en œuvre lors du travail, et plusieurs facteurs modifient, seuls ou conjointement, le comportement de la cire :
·         La température de l’encaustique : plus sa température est élevée, moins vite elle fige lorsqu’elle est étalée. Une cire très chaude tend à s’étaler facilement et à combler les creux présents dans les couches précédentes. Par contre, un coup de pinceau appuyé peut endommager la couche inférieure en entraînant les couleurs déjà posées.
·         L’épaisseur et la température résiduelle des couches précédentes : lorsque vous mettez en œuvre les couches de cire les unes après les autres sans interruption, le support n’a pas le temps de refroidir. Il n’est alors pas utile de réchauffer au pistolet à air chaud avant de poser une nouvelle teinte, sous peine de surchauffer l’ensemble. Vérifiez la température avec la main : la surface doit être tiède, presque chaude.
·         La température ambiante : elle influence directement le refroidissement de la cire donc il arrive que par forte chaleur l’encaustique reste molle en profondeur et soit difficile à manipuler sans causer de dégâts. N’hésitez pas à mettre votre travail au frais pendant quelques heures. Au contraire, s’il fait froid dans l’atelier, il est nécessaire de chauffer plus souvent le travail en cours, et de procéder par petites zones.

 

Vidéo : coller une photo au médium encaustique

Posté dans : Tutoriels 0

Une nouvelle vidéo !
Le premier tableau d’une série de neuf petits formats (20 x 20 cm) destinés à former un ensemble carré de 60 x 60 cm.
Pour les vidéos de démonstration, je choisis habituellement un sujet éloigné de mon travail d’artiste. Cette série, en plus d’apporter quelques gestes techniques, aborde le processus créatif et me permet d’utiliser mon propre vocabulaire plastique et les thèmes que j’affectionne : la  nature, les territoires, les passages, les chemins….
Pour ne pas tomber dans le travers de la prolifération d’effets, je me suis imposé quelques contraintes:

  • Une gamme de couleurs réduites, avec le kit « terres naturelles » Couleurs & C°
  • Des petits formats, 20 x 20 cm
Et surtout, je garde à l’esprit que 
« La simplicité est la sophistication suprême » dixit Léonard de Vinci 😉

La suite très prochainement sur vos écrans…

1 3 4 5 6 7 8 9 11