Collages de papiers à l’encaustique

Posté dans : Technique 0

La plupart du temps, vous lirez que l’encaustique doit se pratiquer sur un support rigide ou absorbant, tel le bois. C’est la méthode classique pour exécuter un tableau. Il est cependant possible de travailler sur papier, aquarelle ou gravure par exemple, qui sont des papiers absorbants, mais pas forcément rigide tant qu’ils ne sont pas marouflés sur un support.

Dans une version « techniques mixtes », le papier Wenzhou offre de nombreuses possibilités. Il s’agit d’un papier chinois, à base de fibres de mûrier, fin mais résistant. Il se prête à de nombreuses techniques, comme le dessin à l’encre (ce pour quoi il est prévu), mais aussi au crayon, au feutre, aux pastels secs ou gras, à la gravure, au brûlage, à la rouille…

Papier wenzhou et brou de noix
Papiers pour collage
papier wenzhou pour collages

Il est également possible d’imprimer des photos sur une imprimante de bureau, en fixant une feuille de Wenzhou sur un support A4 : Découpez une feuille de papier Wenzhou de 20 x 29 cm (soit légèrement plus petite que le format standard A4). Attachez cette feuille sur une feuille de papier imprimante ordinaire (80 gr) en la maintenant avec du ruban à masquer posé à cheval sur le haut des 2 feuilles. Placez l’ensemble dans le bac de l’imprimante, côté wenzhou à imprimer, lancez l’impression. Laissez bien sécher l’encre avant utilisation dans un collage.

Feuilles de Wenzhou à imprimer

Le collage au médium encaustique

Le médium encaustique n’est pas à proprement parler une colle, mais il permet par imprégnation d’encapsuler* le papier.

* Encapsulation : nom féminin : Opération permettant d’enrober un objet d’un revêtement destiné soit à modifier les propriétés des surfaces de l’objet enrobé, soit à protéger celui-ci contre les influences extérieures. (Dictionnaire Larousse)

La fusion et la pression manuelle que l’on opère ensuite soudent les couches entre elles.

Le matériel

  • Papiers préparés (encre, brûlage, rouille, calligraphie…..)
  • Médium encaustique
  • Pinceau Haké propre
  • Plaque chauffante
  • Papier paraffiné ou de cuisson
  • Estèque, ou fer à repasser pour l’encaustique, ou spatule chauffante.
  • Support : Châssis à peindre en bois, ou papier résistant (type aquarelle) ou tarlatane.

La réussite et la pérennité du collage dépend principalement de la chaleur apportée au cours de l’opération : si le médium (qui sert ici de colle) n’est pas assez chaud, il se figera avant d’avoir soudé les éléments. S’il est trop chaud, il « s’échappe » lorsque l’on appuie pour faire adhérer les éléments, et la couche adhésive sera trop fine.

La température à respecter est de 70°, c’est le moment de ressortir votre petit thermomètre 😉

Ci-dessous, une page du livre « Peindre à l’encaustique » où le procédé est expiqué en images…

Une autre méthode….

Si vous possédez un fer à repasser, spécial encaustique, de voyage ou à l’ancienne, c’est à dire sans vapeur, vous pouvez l’utiliser pour fondre directement le médium encaustique sur le papier : il suffit de frotter le pain de médium sur la semelle chaude du fer et de l’appliquer sur les éléments de collage.

Vérifiez d’abord que votre papier supporte le passage du fer : si vous avez par exemple dessiné avec des pastels gras, la chaleur du fer entraînera les couleurs.

papier encréfer de voyage pour collage à l'encaustiquepapiers travaillés au pastel gras et au brou de noix

Peindre un tableau en s’inspirant des Émaux de Longwy

Posté dans : Tutoriels 0

En tete Longwy

Les Faïenceries et Émaux de Longwy, fondées en 1798, sont situées en Lorraine, au nord du département de Meurthe-et-Moselle et aux frontières de la Belgique et du Luxembourg. Depuis plus d’un siècle, Longwy détient l’exclusivité en France des émaux cloisonnés sur faïence.
Cette technique délicate consiste à imprimer le décor en noir sur le biscuit brut, puis à remplir chaque alvéole ainsi cernée avec un émail coloré.
Cette technique manuelle est exécutée par un artisan chevronné et il faut plusieurs années de formation avant d’acquérir une maîtrise parfaite.

Dessin préparatoire

Les décors fleuris des anciennes pièces de Longwy m’ont inspiré une pièce décorative :  un bon prétexte pour s’exercer à peindre des motifs nets, quelques transparences, et enchaîner les bonnes techniques pour créer une pièce de musée 😊

Le matériel :

Une photo d’une pièce de Longwy, un motif que vous imaginez, ou le dessin à reproduire que vous pouvez télécharger ici

Support en bois 30 x 30 cm apprêté au gesso blanc (gesso à la colle de peau ou spécial encaustique)

Pointe pour graver l’encaustique, j’utilise ici une pointe sèche pour la gravure, petites mirettes

Plancha, pistolet à air chaud, chiffons de coton, pot de paraffine pour rincer les pinceaux, pinceaux et pinceaux fins et souples en soies naturelles.

Couleurs utiisées :

 Bleu cobalt turquoise foncé

Jaune de Naples

Bleu outremer

Vert émeraude

Orange brûlé ou rouge cadmium clair

Vert tilleul

Blanc de titane

Médium encaustique

Bâton à l’huile terre d’ombre brûlée et médium huile en bâton

Techniques utilisées : Report de dessin, aplat de couleur, gravure et patine.

Le fond

Commencez par passer deux de médium pour préparer le support, fusionnez longuement pour obtenir une surface lisse.

Diluez le bleu cobalt turquoise foncé avec du médium : une part de bleu pour 2 parts de médium, et passez 2 couches de ce mélange (nos couleurs sont très concentrées en pigments). Fusionnez jusqu’à fonte complète avec des mouvements circulaires de façon à obtenir un fond très lisse.

Fond Longwy

Laissez refroidir complètement, l’étape suivante est plus facile si le support est froid (moi je mets au frigo…)

Report du dessin

À l’aide du motif sur papier, reportez le dessin sur le fond en repassant les lignes à l’aide d’un stylo à bille usagé. Appuyez un peu pour qu’il s’imprime. Attention toutefois à ne pas trop insister, sinon le papier risque de coller à l’encaustique. Retirez le papier délicatement. Et pendant ce temps, faites fondre les autres couleurs sur la plancha 😉

Dessin reporté sur le fond

Mise en couleurs

Après avoir chauffé légèrement le support et avec les pinceaux fins, peignez les motifs par petites touches. Ce n’est pas grave si vous débordez, il suffira de gratter les surplus à la mirette. Vérifiez régulièrement la température du fond, chauffez si nécessaire.

Lorsque les motifs sont peints et nettoyés, fusionnez légèrement le tout.

IMG_0084

Gravure et patine à l’huile

Gravez les contours des motifs avec la pointe sèche et nettoyez les bords.

Outils pour graver l'encaustique
Mes outils préférés pour ce travail : la petite mirette en acier et la pointe sèche.

Pour la patine, il faut procéder par petites surfaces : frottez la zone concernée avec le bâton de médium à l’huile pour graisser le support, étalez au doigt.

Posez quelques touches de terre d’ombre brûlée, frottez légèrement pour faire pénétrer la couleur dans les traits gravés.

Essuyez perpendiculairement aux traits gravés à l’aide d’un chiffon de coton pour retirer le surplus de peinture à l’huile.

Bâtons à l'huile

tableau Longwy terminé

Et voilà… Si vous réalisez un tableau grâce à ce tutoriel, envoyez-moi une photo. Elle apparaîtra sous cet article 😊

couleursco26@gmail.com






Bonus :

Voici quelques liens qui vous mènent tout droit vers l’histoire des Émaux de Longwy :

Faïenceries de Longwy article Wikipédia

Le site des faïenceries 

Et vers le matériel pour l’encaustique

Mirettes en acier

Supports en bois

Huile en bâton

Et ici vous avez accès au tutoriel en images, au format PDF

Fondre ou fusionner l’encaustique ?

Posté dans : Technique 0

C’est en observant les difficultés des stagiaires que je m’aperçois que la notion de « fusion » de l’encaustique n’est pas toujours évidente à comprendre et à appliquer…

Ne pas voir disparaître les nuances de couleur dans une soupe monochrome est un art qu’il faut contrôler !

La fusion des couches d’encaustique permet d’obtenir un film homogène et solidaire du support. Une mauvaise fusion des couches de peinture peut provoquer un écaillement des couleurs et rend l’oeuvre plus fragile.

Dans le « lexique de l’encaustique » qui se trouve à la fin de mon livre, je défini ainsi l’action de fusionner :

 « Geste essentiel lorsqu’on peint à l’encaustique ! Il s’agit d’unir intimement les couches de peinture entre elles à l’aide d’un pistolet à air chaud ou d’un chalumeau. »

La fusion entre les couches d’encaustique doit s’opérer entre chaque couche que vous posez sur le tableau. 

Il suffit de chauffer avec modération en tenant le pistolet ou le chalumeau en mouvement à une quinzaine de cm au dessus du support. La cire doit se mettre à briller sous l’effet de la chaleur, sans plus, votre motif ne doit pas se déformer.

Le médium devient brillant sous l’effet de la chaleur, il a fusionné avec le support.



De cette manière vous ne provoquerez pas de surchauffe localisée sur un endroit, qui se mettrait inévitablement à fondre et donc à liquéfier la cire … 

« Fondre: Devenir liquide sous l’effet de la chaleur (la neige fond au soleil) » Dictionnaire Larousse

Sur ce travail d’atelier, les couleurs sont mêlées les unes aux autres par l’action de la chaleur :

il faut les chauffer jusqu’à ce qu’elles fondent, coulent et s’entremêlent.


Dans la peinture à l’encaustique, on retiendra qu’il faut unir intimement les couches de peinture les unes aux autres en les chauffant légèrement, c’est à dire sans les faire fondre, sans les rendre liquide.

Tout ici est donc question d’apport et de maîtrise de la chaleur 😉

AFDAS : Formation pour artistes professionnels

Référencée au Datadock

Je relaie ici un article du site de la Maison des Artistes, concernant les droits à la formation professionnelle.
Si vous êtes artiste pro (MDA ou Urssaf) sachez que vous pouvez bénéficier d’une formation en bénéficiant d’un financement. Le dossier doit être introduit auprès de l’AFDAS de votre région.

Si vous voulez vous lancer dans la peinture à l’encaustique, nous pouvons établir votre dossier ensemble et organiser la formation. Je suis enregistrée auprès de la préfecture sous le N° 842 602 504 26

 

 

 

Artistes, Connaissez-vous vos droits à la formation professionnelle ?

5 AVRIL 2016 
Formation des auteurs des arts graphiques et plastiques
En tant qu’auteur vous pouvez accéder à un ensemble d’offres de stage.
La commission des auteurs des arts graphiques et plastiques vient de référencer 33 nouvelles formations conventionnées, complétant ainsi une offre collective de plus de 60 stages.
Vous ne trouvez pas de stage dans votre région ? Sachez que vous pouvez également solliciter l’Afdas pour obtenir une participation financière aux frais de transport et d’hébergement .
Vous pouvez également bénéficier du financement Afdas pour l’accès aux stages proposés aux autres catégories d’artistes-auteurs :

Site de l’AFDAS

Encaustique : rien ne se perd !

Lorsque je travaille l’encaustique, j’aime particulièrement gratter les couches pour moduler la couleur. C’est l’une des techniques les plus simples et les plus surprenantes. Et c’est comme cela qu’on obtient les « boulettes », résidus du grattage. (voir article et diaporama sur « les effets de peinture écaillée » ^^)

Ligne d’horizon (détail)  avec peinture encaustique grattée
Si vous avez une peinture ratée, ou moche, ou qui ne vous plaît plus, pas d’hésitation ! Grattez après avoir légèrement chauffé la surface, et récupérez la cire.

Parfois, je trie un peu les couleurs : dominante bleue ou ocre… ou pas.
La teinte obtenue est toujours déroutante… brunâtre, verdâtre, en bref, glauque !
Ajoutez un peu de pigment blanc de titane, et admirez les gris uniques obtenus. 
Le gris est une couleur fédératrice, qui permet de tempérer les ardeurs des couleurs pures. Si vous n’avez pas l’habitude de l’utiliser dans vos compositions, il peut se mettre en sous-couche pour augmenter le nombre de couches d’encaustique et permettre de graver par exemple.
Et vous que faites-vous des boulettes d’encaustique ?
1 2 3 4 5 6 7 8 11