Peindre à l’encaustique, c’est cher ?

Posté dans : Conseils et astuces 1

Il y a longtemps que je pense à écrire cet article. Lorsque je parle du matériau avec lequel je peins autour de moi, la remarque qui revient régulièrement, c’est « l’encaustique, ça doit être cher ! »

Je propose ici de faire le point sur le prix de la peinture à l’encaustique.

Je pensais également avant de commencer à l’utiliser que j’allais devoir débourser des sommes considérables pour m’équiper. On ne va pas se mentir, peindre en épaisseur avec de l’encaustique peut parfois devenir onéreux (j’y reviendrai).

La cire est un matériau de qualité. Je choisis toujours la cire blanchie de qualité supérieure. Elle est garantie « pure » et c’est vrai qu’à l’usage, je n’ai jamais eu de problèmes.

J’ai un jour tenté la « cire d’abeille pour cierges », et j’ai été très déçue : cette cire n’est pas filtrée suffisamment et contient des résidus collants une fois chauffée. À proscrire donc.

Les avantages, les contraintes

Les plus :

  • Elle offre des couleurs lumineuses et denses.
  • Un tableau peint à l’encaustique n’a pas besoin de vernis ou autre couche de protection.
  • Son aspect final est incomparable
  • Elle s’utilise sans solvants, merci de la part de nos bronches…
  • Pas de pertes, de peinture qui sèche dans le tube etc… Il suffit de réchauffer le récipient pour retrouver l’encaustique intacte. Pas comme certains tubes d’acrylique  (J’ai encore un bloc d’encaustique R&F acheté en 1990… collector)
  • On peut utiliser du matériel peu couteux pour travailler (pinceaux basiques, supports en contreplaqué etc…) et à condition de se mettre en cuisine, on peut fabriquer ses propres produits.

Les moins :

  • La mise en œuvre est parfois compliquée si on n’a pas d’endroit dédié à sa pratique. Installer la plancha dans le salon, tout le monde n’apprécie pas
  • L’encaustique n’aime pas les excès de chaleur. Les tableaux sont difficiles à transporter par temps chaud.
  • Pour être économe, il faut cuisiner ses produits de base, au moins fabriquer son médium. Ou l’acheter tout fait dans notre boutique …
  • On ne trouve pas l’encaustique dans les magasins ou sites de vente en ligne de produits beaux-arts. Pas encore.

Voici une liste de matériel pour commencer à peindre avec de la cire, de la résine dammar et des pigments… Je liste ici l’équipement de base que l’on peut compléter selon les besoins.

Plancha (40 – 90cm)Entre 25 et 40 €
Pistolet à air chaud (décapeur)A partir de 15 €Le modèle de base suffit
Thermomètre de four6.5 €
Pots en aluminium1,20 € les 10 pcRayon ménage du Supermarché
Pinceaux en soies naturellesHaké, à partir de 10 € les 3 pc   Spalters beau-blanc 7 € les 3 pc Amazon ou Géant des Beaux-arts
Set d’outils de base (modelage)12 €Sets pour potiers
Petites mirettes8,30 € le set de 6
Cire d’abeille blanchie+/- 20 € / kgEntre 75 et 100 € les 5 kg
Résine dammar15 € / kg100 gr de résine pour 800 gr cire
Paraffine (nettoyage pinceaux)7 € / kg
PigmentsEntre 20 et 30 € le kit de 12 couleurs chez Colorare, bon plan.Le prix des pigments varie très fort, impossible de donner une fourchette
Supports :   Contreplaqué 30 € les 3 m² à faire découper au magasin de bricolage.Vu le prix de certains supports du commerce on peut les fabriquer soi-même, ou choisir le carton entoilé sans gesso
Supports du commerce : Tavola ou TintorettoEntre 5 et 70 €Les prix varient fort, comparez !

Et donc, le prix de l’encaustique ?

Une fois la petite addition effectuée, on obtient pour le matériel : entre 100 et 150 € pour s’organiser un petit atelier d’encaustique.

Comptez une autre centaine pour les peintures et le médium.

En comparaison, un coffret comprenant le matériel et l’huile extra-fine coûte entre 250 et 300 € sans les toiles à peindre. Un coffret d’acrylique de qualité avec un peu de matériel jusqu’à 300 €. Et il faudra rajouter les médiums d’empâtement, vernis etc…

Apprenez à ruser avec votre matériau…

Je reviens sur la remarque plus haut : peindre en épaisseur peut revenir cher si on travaille à l’encaustique. Je travaillais souvent en me laissant guider par ce qui se passait sur la toile. Une envie de couleurs ou de formes, la superposition des couches, masquer une part de l’image, recouvrir etc… Arrivée au moment où la composition, les couleurs, les valeurs me convenaient, il y avait parfois 20 couches d’encaustique…. Et quelques kilos de cire ! Bien entendu, les matières sont belles, mais on ne voit plus rien des premières teintes, et j’ai pu remarquer que tant d’encaustique sur le support fragilise le tout : les coins et les bords du tableau ont tendance à s’écailler au moindre choc (même si je fais bien attention à fusionner entre chaque couche de peinture)

Je travaille maintenant plus « raisonnablement », avec des croquis et études à la gouache, ce qui me permet de limiter avantageusement les couches de peinture à l’encaustique lorsque je réalise le tableau.

Quelques trucs pour radiner un peu plus….

Il est possible de récupérer des vieilles casseroles (pour fondre la cire et fabriquer son médium), d’utiliser des boîtes de thon pour contenir les couleurs, de détourner des objets de la cuisine pour graver et laisser des marques dans la cire.

Si vous prévoyez de réaliser des grands formats, vous pouvez utiliser la cire microcristalline (cire minérale) qui est moins onéreuse. Elle s’utilise de la même manière, en mélange avec de la résine dammar. Son aspect diffère de la cire d’abeille, et je la trouve moins souple à travailler, mais ses qualités mécaniques ne posent pas de problème. Le point de fusion varie de 72° à 90° selon sa qualité. Toutefois, la paraffine ne convient absolument pas, réservez-la uniquement pour le nettoyage des pinceaux.

Comme il est plus agréable de travailler sur un support déjà couvert d’encaustique, je conseille généralement de passer deux couches de médium (encaustique neutre) avant d’entamer le tableau proprement dit. Vous pouvez remplacer le médium par des gris obtenus en recyclant les boulettes de grattage des travaux précédents : faites fondre les boulettes mêlées dans un récipient sur la plancha, et obtenez une couleur improbable… Ajoutez alors un peu de pigment blanc de titane, ou noir, ou un peu des deux. Il n’y a pas de recette, testez le mélange obtenu sur une feuille de papier.

En conclusion :

On ne choisit pas forcément sa technique par rapport au prix que cela coûte, le principal étant de se faire plaisir et de trouver le matériau qui correspond à ce que l’on cherche à exprimer. L’équipement s’acquiert petit à petit, n’est ni cher ni bon marché…Le prix de l’encaustique ne devrait pas être un frein à votre envie d’utiliser ce médium si l’odeur de la cire vous attire…

Si vous aussi vous avez des astuces pour s’équiper en matériel pour l’encaustique, merci de nous indiquer vos trouvailles dans les commentaires !

pinceaux haké

Fusionner au pistolet ou au chalumeau ?

Posté dans : Technique 3

Pour faire suite à l’article sur la fusion de l’encaustique, je vous propose de passer en revue les outils et les méthodes que l’on peut utiliser pour chauffer la cire :

Différents outils pour la fusion de la cire : chalumeaux, lampes à souder, fers à encaustique
Les outils pour chauffer la cire : de gauche à droite : chalumeau à crème brûlée, lampe à souder, petit chalumeau, fer à encaustique, pistolet à air chaud.
  • il est tout à fait possible de fusionner les différentes couches de cire au soleil tout simplement…. Je vous entends ricaner là-haut en Belgique…D’accord, ce n’est pas la méthode la plus facile à utiliser dans certaines régions ou à certaines saisons ! Laissez votre tableau exposé à plat sous le soleil exactement, et la fusion s’opère, sous surveillance bien entendu.
  • Idem avec des lampes qui chauffent bien, du genre de celles que l’on tente d’éliminer parce que ça consomme beaucoup d’électricité… à vous de voir !
  • Les fers à encaustique : utilisés dans la technique dite « encaustic art », ces petits fers à repasser servent à appliquer de la cire colorée sur du papier en créant des motifs. On ne peut pas vraiment les utiliser pour fusionner les couches d’encaustique entre elles, car la chaleur dégagée est en contact direct avec la cire, et le mouvement entraîne celle-ci de manière difficilement contrôlable. La cire fond plutôt qu’elle ne fusionne, ce n’est pas l’effet recherché.

Astuce : on peut obtenir de très beaux effets de texture en appliquant le fer et en le tirant à la verticale : la cire fondue crée alors des motifs végétaux ou coraliens.

Petit buste, encaustique sur métal rouillé, 20 x 40 cm (détail) S.Van Moffaert 2015
  • Je fusionne d’habitude au pistolet à air chaud (un décapeur thermique), ce qui techniquement donne de bons résultats : les couches fusionnent correctement, et l’aspect de l’encaustique ne se modifie pas, hormis l’apparition de mini-bulles dans l’encaustique. C’est un aspect typique du matériau, qui s’accentue avec l’utilisation du pistolet.
  • J’utilise parfois le petit chalumeau bleu pour les travaux fins, ou pour obtenir des effets avec l’huile en bâton, mais je n’avais jamais vraiment utilisé la « lampe à souder ».

Je vous présente mon nouveau jouet nouvel outil : le chalumeau avec allumage piézo.

Chalumeau ou lampe à souder pour fusionner l'encaustique
Lampe à souder avec allumage piézo

Le résultat de la fusion est très différent : l’usage du chalumeau est assez radical : il vaut mieux le laisser en mouvement et ne pas s’approcher de trop près. J’ai commencé à l’utiliser pour les fonds, afin d’obtenir une couche lisse, presque nivelée, et prête à recevoir des détails plus fins au pinceau ou un transfert d’image photocopiée (qui demande un fond bien préparé, le plus lisse possible afin de garder tous les détails).
La fusion finale avec ce chalumeau donne à l’encaustique une apparence d’émail brillant incomparable, et il semble qu’il provoque moins de « petits trous », de ceux dont on se dit qu’ils sont typiques de la cire.

Souvenir d »été I, encaustique sur bois, 25 x 25 cm S.Van Moffaert 2017
Souvenir d’été II, encaustique sur bois 25 x 25 cm S.Van Moffaert 2017

En résumé, chaque outil a son utilité, et ils ne sont pas tout à fait interchangeables.
Le pistolet à air chaud à bien des avantages, celui notamment d’être moins dangereux à utiliser (attention aux brûlures provoquées par son embout contre la peau…). Il convient dans la plupart des cas mais tend à provoquer des petits trous dans la matière.
Le chalumeau est plus facile à utiliser sur des grandes surfaces, son « rayon d’action » étant plus important. Il donne un aspect plus brillant à la cire fusionnée, et j’ai constaté que l’éclat est prolongé dans le temps.

Et vous, quelles sont vos préférences ? Merci de vos questions et commentaires 🙂

Ressources pour l’encaustique

Posté dans : Equipement 0

Pour commencer l’année, un petit point sur les ressources et infos disponibles sur le web concernant l’encaustique. Il faut bien dire que la plupart des trouvailles sont en anglais… et que malgré les illustrations, photos, vidéos disponibles l’aspect technique n’est pas toujours aisé à comprendre dans une langue que l’on ne maîtrise pas… Voici donc quelques pistes que vous pourriez suivre…

Exemple de tutoriel en anglais sur pinterest
Annonce pour un cours avec Linda Robertson

Plutôt que de perdre un tas de temps, et pour éviter de m’égarer trop longuement sur la toile, j’épingle sur Pinterest… je ne suis pas là pour faire leur promo, mais c’est un outil réellement pratique lorsque l’on cherche des idées sur un thème précis… Je garde donc ce que je trouve de pertinent au gré de mes sessions. Pinterest offre la possibilité de « catégoriser » les épingles, en ce début d’année où j’ai grandement envie d’ordre et d’organisation, ça tombe bien !

Mes épingles sont triées dans les catégories :

  • Matériel pour l’encaustique
  • Peintres
  • Tutoriels encaustique
  • Volumes
  • Transferts
  • Mon travail
  • Portraits du Fayoum

Maintenant, lorsque j’ai besoin d’une information sur une technique, ou d’inspiration (par exemple pour préparer un article ou une démo…) ou que j’ai juste envie d’admirer le travail d’autres artistes, je sais où trouver !

Cliquez sur ce lien pour visiter mon tableau « Encaustique »

Il existe quelques blog ou sites d’artistes qui donnent quelques explications sur la technique, comme celui de Pierre Converset.

On peut aussi apprécier les peintures de Rachel Seguin , d’Alexia Tonna (que j’ai eu le plaisir d’initier à l’encaustique…) ou celles de Morgan Etes.

Pour ce qui est des informations techniques utiles à qui voudrait se lancer et s’enivrer de la suave odeur de la cire 😉 les ressources en français ne courent pas le web… Il y a bien sûr mon ancien blog (www.couleursetco.blogspot.fr) et le beau site de Kama Pigments à Montréal (mais là, on est déjà de l’autre côté de l’Atlantique^^)… Il offre néanmoins les recettes pour fabriquer son médium et les couleurs encaustique. Plus près de nous, et si vous cherchez des informations  quasi scientifiques et une approche très documentée, le beau blog espagnol modernistencaustic avec une version en anglais…

J’ai certainement zappé d’autres sources d’information, et si vous trouvez des pépites qui aideraient la communauté des encaustiqueurs et encaustiqueuses, merci de me les faire parvenir ou de les partager ici dans un commentaire…


encaustique image extraite du tableau pinterest extracteur de fumées

Le laboratoire de fabrication des peintures à l'encaustique
Labo de fabrication des Encaustiques C&C°

Collages de papiers à l’encaustique

Posté dans : Technique 0

La plupart du temps, vous lirez que l’encaustique doit se pratiquer sur un support rigide ou absorbant, tel le bois. C’est la méthode classique pour exécuter un tableau. Il est cependant possible de travailler sur papier, aquarelle ou gravure par exemple, qui sont des papiers absorbants, mais pas forcément rigide tant qu’ils ne sont pas marouflés sur un support.

Dans une version « techniques mixtes », le papier Wenzhou offre de nombreuses possibilités. Il s’agit d’un papier chinois, à base de fibres de mûrier, fin mais résistant. Il se prête à de nombreuses techniques, comme le dessin à l’encre (ce pour quoi il est prévu), mais aussi au crayon, au feutre, aux pastels secs ou gras, à la gravure, au brûlage, à la rouille…

Papier wenzhou et brou de noix
Papiers pour collage
papier wenzhou pour collages

Il est également possible d’imprimer des photos sur une imprimante de bureau, en fixant une feuille de Wenzhou sur un support A4 : Découpez une feuille de papier Wenzhou de 20 x 29 cm (soit légèrement plus petite que le format standard A4). Attachez cette feuille sur une feuille de papier imprimante ordinaire (80 gr) en la maintenant avec du ruban à masquer posé à cheval sur le haut des 2 feuilles. Placez l’ensemble dans le bac de l’imprimante, côté wenzhou à imprimer, lancez l’impression. Laissez bien sécher l’encre avant utilisation dans un collage.

Feuilles de Wenzhou à imprimer

Le collage au médium encaustique

Le médium encaustique n’est pas à proprement parler une colle, mais il permet par imprégnation d’encapsuler* le papier.

* Encapsulation : nom féminin : Opération permettant d’enrober un objet d’un revêtement destiné soit à modifier les propriétés des surfaces de l’objet enrobé, soit à protéger celui-ci contre les influences extérieures. (Dictionnaire Larousse)

La fusion et la pression manuelle que l’on opère ensuite soudent les couches entre elles.

Le matériel

  • Papiers préparés (encre, brûlage, rouille, calligraphie…..)
  • Médium encaustique
  • Pinceau Haké propre
  • Plaque chauffante
  • Papier paraffiné ou de cuisson
  • Estèque, ou fer à repasser pour l’encaustique, ou spatule chauffante.
  • Support : Châssis à peindre en bois, ou papier résistant (type aquarelle) ou tarlatane.

La réussite et la pérennité du collage dépend principalement de la chaleur apportée au cours de l’opération : si le médium (qui sert ici de colle) n’est pas assez chaud, il se figera avant d’avoir soudé les éléments. S’il est trop chaud, il « s’échappe » lorsque l’on appuie pour faire adhérer les éléments, et la couche adhésive sera trop fine.

La température à respecter est de 70°, c’est le moment de ressortir votre petit thermomètre 😉

Ci-dessous, une page du livre « Peindre à l’encaustique » où le procédé est expiqué en images…

Une autre méthode….

Si vous possédez un fer à repasser, spécial encaustique, de voyage ou à l’ancienne, c’est à dire sans vapeur, vous pouvez l’utiliser pour fondre directement le médium encaustique sur le papier : il suffit de frotter le pain de médium sur la semelle chaude du fer et de l’appliquer sur les éléments de collage.

Vérifiez d’abord que votre papier supporte le passage du fer : si vous avez par exemple dessiné avec des pastels gras, la chaleur du fer entraînera les couleurs.

papier encréfer de voyage pour collage à l'encaustiquepapiers travaillés au pastel gras et au brou de noix

1 2 3 4 5 6 7 11